Le Débrief du 28 décembre 2018

L’année touche à sa fin, et comme il est de coutume, c’est le temps des bilans en tous genres. Je ne vais pas me soustraire à l’exercice même si j’avoue que ce n’est pas ce que je préfère. Cela étant, qu’ai-je retenu de cette drôle d’année ? Tout d’abord, le plus important pour moi (mais c’est très personnel) : la cession de Presse-citron, qui est arrivée de façon assez inattendue en juillet dernier, et je dois le dire, heureuse. Il faut savoir passer la main, et il semblerait que c’était le bon moment puisque grâce à tout le travail effectué par l’équipe en place, complété par celui de la nouvelle équipe (et, sans fausse modestie, votre serviteur), le résultat est au-delà de nos espérances : l’audience – déjà très bonne avant le rachat – a été multipliée par quatre au cours des six derniers mois, chose rarement vue dans un média digital francophone « pure player » thématique.

Ensuite, je retiens de cette année le grand bordel qu’est devenu Facebook, d’abord avec l’affaire Cambridge Analytica, puis avec les scandales à répétition sur gestion des données personnelles, conduisant de nombreuses personnalités charismatiques comme Elon Musk ou Steve Wozniak à quitter le navire et fermer leur compte, d’autres suivant probablement par milliers. Clairement, la confiance est rompue. Ajoutez à cela le fait que le réseau social est devenu une véritable foire aux fake news soumise à la dictature de l’émotion, et vous finissez par douter de l’âme humaine.

Pour moi, 2018 aura été l’année de la défiance, d’ailleurs davantage vis-à-vis de ses utilisateurs que de Facebook lui-même, et 2019 sera probablement marqué par un usage très modéré – et surtout purement utilitaire – de ce réseau social, à l’image de ce que j’avais déjà fait avec Twitter dès 2015.

Ce qui me permettra de me concentrer encore plus sur Citronium 🙂

Sur ce, je vous souhaite une très belle année 2019 !

2018, année de la fuite
Étiqueté avec :