Le Débrief du 21 décembre 2018

La disruption est-elle soluble dans l’humour potache ?

C’est la question – sérieuse – que l’on peut se poser à la découverte des dernières facéties de Tesla, disponibles sous la forme d’une mise à jour du système d’exploitation des voitures de la marque. De quoi s’agit-il ? Tesla a publié cette semaine deux nouveaux « Easter Eggs », ces fameuses fonctionnalités souvent aussi amusantes qu’inutiles que les développeurs adorent planquer dans les systèmes informatiques.

Et comme souvent, le constructeur californien a surpris tout le monde : les deux bonus ne sont rien d’autre qu’un mode « Romance » qui affiche un feu de cheminée avec fond musical sirupeux sur l’écran de la voiture, et un mode « Emissions testing », en fait un coussin péteur (oui oui) qui permet de surprendre ses passagers avec un choix de différents sons émis aux quatre coins de l’auto pour ne pas faire de jaloux.

Je vous passe les détails.

Et là normalement on se dit qu’ils sont vraiment barrés chez Tesla, surtout si l’on essaie d’imaginer comment et dans quels cerveaux ces idées ont germé, et comment se sont passées les réunions pour leur mise en place. Mais c’est Tesla, et mine de rien ces blagues à deux balles sont aussi un marqueur de la capacité de cette marque à bousculer les codes et à faire un joli Fuck à la concurrence. Et ce dans des voitures dont les prix vont de 50 000 à 160 000 euros quand même.

Bon bien sûr, Tesla peut se permettre cela parce-qu’à côté et en amont il y a des années d’innovation et même de révolution. Mais quand même, essayez d’imaginer une seconde un coussin-péteur dans une BMW ou une Audi, juste pour voir…

Disruption au coin du feu
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire