L’info n’a pas pas fait grand bruit, et pourtant cette innovation pourrait laisser présager une petite révolution dans nos smartphones ou autres objets connectés.

De quoi s’agit-il ? Plusieurs brevets ont été déposés par Apple au sujet du futur iPhone 11 le 4 avril, concernant l’intégration d’un dispositif de détection des odeurs. L’idée serait d’identifier celles qui rappellent des particlues dangereuses, comme la présence de monoxyde de carbone, de produits chimiques ou de pollution.

Certes, il existe déjà sur le marché nombre de capteurs permettant de mesurer la qualité de l’air et la pollution. Mais le brevet d’Apple va plus loin puisqu’il permettrait auss de détecter l’odeur corporelle. Pour vous dire d’aller prendre une douche ? Pas vraiment. Il s’agit là de déterminer en fonction de marqueurs si notre odeur personnelle change et ainsi détecter d’éventuels troubles liés au taux de glycémie de l’utilisateur. On sait que les odeurs corporelles peuvent être symptomatiques de certaines affections, Apple pourrait confirmer ainsi sa volonté de leadership dans ce domaine, une démarche qui sera sans aucun doute suivie par ses concurrents.

Un domaine dans lequel les montres connectées, par définition en contact permanent avec notre épiderme, pourraient enfin trouver leur réelle utilité, au même titre que la nouvelle fonction ECG désormais disponible sur la plus vendue d’entre elles, l’Apple Watch. Mais avec ce brevet on peut imaginer d’innombrables applications fondées sur la reconnaissance olfactive. Nos wearables n’ont pas fini de nous surprendre.

Le dernier nez d’Apple

Laisser un commentaire