Si j’ai, comme la plupart d’entre vous probablement, été attristé par l’incendie de la cathédrale Notre Dame de Paris, j’ai cependant été surpris par l’ampleur de l’émotion qu’a suscité ce dramatique incident.

Or l’on sait que l’émotion n’est jamais très bonne conseillère.

Du coup je me suis bien abstenu de mettre mon grain de sel, à part cette petite remarque sans prétention, mais force est de constater que certains, dont bien sûr quelques femmes et hommes politiques en premier comme souvent, n’ont pas raté cette superbe occasion de se couvrir de ridicule une fois de plus sur les réseaux sociaux. Par charité (chrétienne) je ne citerai pas de noms…

Puis j’ai attendu tranquillement avec ma bière et mon pop-corn que les premières thèses complotistes débarquent. Ce qui n’a évidemment pas tardé. Le tout immédiatement suivi du « milliardaire-bashing » qui est aussi un grand classique dans notre cher pays, puisque Arnault et compagnie (pour lesquels je n’ai aucune sympathie particulière) ont eu l’outrecuidance d’annoncer qu’ils allaient lâcher quelques millions pour aider à reconstruire l’édifice, et – outrage ultime – qu’ils ne demanderaient même pas à récupérer l’avoir fiscal correspondant. Enfoirés de riches.

Bref, vous l’aurez compris : dans notre pays où tout est prétexte à gémir et polémiquer, on a coutume de dire que les grands évènements rassemblent, ce qui peut se discuter. En revanche, il est un point indiscutable : les grands événements sont de formidables détecteurs de cons.

Et là, franchement, il y avait de la matière.

Le détecteur de cons

Laisser un commentaire