Les critiques universitaires et à but non lucratif des médias grand public soutiennent depuis plusieurs années que les murs payants et la hausse des prix des abonnements se traduisent par la satisfaction d’un public aisé à l’exclusion des moins riches.

Les critiques universitaires et à but non lucratif des médias grand public soutiennent depuis plusieurs années que les murs payants et la hausse des prix des abonnements se traduisent par la satisfaction d’un public aisé à l’exclusion des moins riches.

Il s’avère que les éditeurs et les éditeurs à l’intérieur n’ont pas grand-chose à faire avec ça.

Le dernier en un tas de…

> Lire la suite…

Source : www.poynter.org

Le journalisme sert de plus en plus un public plus riche et plus instruit et laisse les autres derrière lui – Poynter