Le Débrief du 7 juin 2019

En tant que blogueur (ou journaliste, ou éditorialiste, comme vous voulez), il m’arrive d’être confronté à une question un peu délicate à trancher : comment garder son indépendance et sa liberté éditoriale dans certains contextes où le sujet est à la fois l’apporteur de l’information et accessoirement une personne ou un groupe de personnes avec lesquelles on a de très bonnes relations personnelles ?

A force de travailler avec certaines marques ou entités – et puisque nous ne sommes que des êtres humains avec leurs faiblesses – il arrive que des relations personnelles avec nos interlocuteurs se tissent au fil du temps et des affinités, et que pour certaines, elles deviennent même des relations d’amitié ou de bienveillance. Comment dans ce contexte garder son objectivité quand l’une des marques en question est prise dans un mauvais buzz, pour à la fois rester neutre et informer ses lecteurs, tout en évitant de se fâcher ses contacts auprès de cette marque, voire simplement les blesser et détruire une relation ? Devons-nous rester totalement étanche à toute forme de proximité humaine au nom de l’impartialité ?

Je crois qu’il n’y a pas de réponse toute faite, mais c’est un vrai sujet auquel je suis confronté assez régulièrement. Ma méthode : le dialogue. Quand je prévois un article pas forcément très agréable sur une entreprise avec laquelle j’ai de très bonnes relations, j’essaie dans la mesure du possible de prévenir et d’échanger avec mon interlocuteur, et de lui décrire ce que je vais dire, ce qu généralement ouvre le dialogue, et est bien perçu.

Ce n’est sûrement pas une recette magique, mais cela peut aider, et généralement cela permet de conserver une bonne relation, voire de l’enrichir. Notez que rares sont les marques qui essaient de faire pression (mais j’ai les noms) 🙂

Les amitiés particulières
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire