Voiture électrique, conscience du bien-être animal, gestes personnels quotidiens pour lutter contre la pollution et le réchauffement climatique, baisse de la consommation de viande, consommation locale, circuits courts, refus de la malbouffe…

J’ai comme l’impression qu’après une période de confrontation fondée sur un certain déni, le monde est en train de basculer définitivement vers une nouvelle ère, qui rend progressivement la précédente obsolète.

Un point de non retour qui me rendrait presque optimiste sur l’avenir de la planète, et celui de l’homme.

Je suis peut-être un peu naïf mais j’ai toujours eu tendance à avoir foi en l’homme et à sa capacité à se sauver. Notre planète est foutue, dit-on, et il ne lui en resterait plus que pour quelques décennies. C’est un peu vite oublier que les gens de ma génération ne sont plus des lapins de six semaines : ce discours catastrophiste, on nous le sert depuis la fin des années 60. Je me souviens par exemple que la plus grande menace que brandissaient les « experts » dans les 70′ était celle de la surpopulation qui arriverait en l’an 2000. En gros nous allions tous mourir de faim et de maladie parce-que nous serions trop nombreux.

J’étais gamin et ça me faisait flipper.

Pourtant nous sommes bientôt en 2020 et jusque-là ça va encore à peu près, même si c’est la planète et les plus faibles qui paient un lourd tribut à ce sauvetage. Il n’est pas question de nier les défis auxquels nous sommes confrontés, mais j’ose penser que nous les surmonterons. La volonté de l’homme, la technologie, l’évolution, tout concourt à laisser penser que nous ne sommes pas à l’abri de petits miracles et découvertes qui nous donneront quelques décennies de sursis, voire renverseront la tendance.

Je sais, c’est mal de ne pas adhérer au catastrophisme ambiant, et moi aussi je trie mes déchets, je ne mange presque plus de viande et je roule électrique. Mais même si nous sommes mal barrés, je crois toujours aux remontadas, plutôt qu’aux dystopies. C’est grave docteur ?

L’ultime remontada
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire