Le Débrief du 12 octobre 2018

Quand j’évoquais cela il y a quelques années comme une possibilité qui pourrait devenir réalité dans un avenir proche, j’essuyais les rires polis des « professionnels de la photo » auto-proclamés.

Et pourtant nous y sommes.

Où ça ? Là, regarde. A cette nouvelle étape, dans laquelle les algorithmes intégrés dans les smartphones sont en train de remplacer progressivement ce qui semblait irremplaçable, à savoir les objectifs des meilleurs appareils-photo.

Nokia avait ouvert le bal il y a quelques années avec une version du Lumia dotée d’un logiciel qui permettait de travailler sur la profondeur de champ d’une photo pendant la prise, mais également d’y revenir après. Puis vinrent le Huawei P9 et le LG G5 (après quelques tentatives signées HTC) et ce fut ensuite au tour d’Apple avec l’iPhone 7 Plus et son double objectif géré lui aussi par un algo qui floute le fond en mode portrait.

Tous les constructeurs ont suivi. Sauf un : Google.

Car Google croit dur comme fer aux algorithmes et à l’intelligence artificielle et entend le démontrer dans un produit que vous dégainez des centaines de fois par jour, votre téléphone. Le Pixel 3, dévoilé cette semaine ne faillit pas à la règle : pas de double capteur au dos de l’appareil, et pourtant une qualité de photo en mode portrait qui a bluffé tous ceux qui ont pu déjà le tester. Le secret ? Comme pour le Pixel 2, Google a intégré une puce spéciale conçue spécialement pour la photo, le Pixel Visual Core, et un capteur à deux pixels qui permet des effets à double objectif avec un seul objectif. Le tout savamment géré par l’intelligence artificielle.

Mais Google n’est pas seul en course. Les éditeurs d’applications et les géants des réseaux sociaux proposent aussi leur solution. Ainsi l’une des fonctionnalités méconnues d’Instagram permet de faire des portraits avec du flou en fond avec un smartphone ancien doté d’un seul capteur. Et Facebook propose même ce genre de filtre pour la vidéo !

Le smartphone a tué à petits feux l’appareil-photo compact. La prochaine victime sera le reflex, soyez-en sûrs.

Et les « professionnels de la photo » riront encore. Mais jaune.

Quand l’IA remplace l’irremplaçable
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire