Vous saviez qu’Accenture faisait des sites web ? Moi non plus.

Et pourtant non seulement ils essaient, mais ils les facturent cher. Très cher. Et il semblerait – sans vouloir généraliser – que parfois la qualité ne soit pas au rendez-vous.

Le numéro 1 de la location de voitures Hertz en a fait les frais récemment : Accenture lui a déjà facturé la bagatelle de (merci d’attacher vos ceintures) 32 millions de dollars, oui vous avez bien lu, pour la refonte de ses plateformes internet. Le problème c’est que selon Hertz, ça ne s’est pas très bien passé.

En effet, le géant du conseil se serait un peu pris les pieds dans le tapis de ce gigantesque chantier, se révélant incapable de respecter le cahier des charges et les délais. Le plus croustillant dans l’histoire : l’une des principales raisons pour lesquels Hertz attaque Accenture en justice est le fait que le prestataire n’a pas fait un site responsive (dont les pages et leurs contenus s’adaptent automatiquement à la taille et la résolution des écrans). Une fonctionnalité basique que n’importe-quel webmaster débutant sait gérer après quelques heures de formation.

Au-delà de la tournure purement judiciaire que prend cette affaire (et on comprend l’ire de Hertz), on ne peut qu’être halluciné par les montants facturés ! Même si on est d’accord que la plateforme Hertz n’est pas le site de la PME du coin, aucun site au monde ne coûte ce prix, aucun ! Comment Hertz a-t-il pu accepter un tel devis, alors qu’une vraie agence web agile, spécialisée et compétente aurait peut-être pu faire le job pour certainement beaucoup moins cher ?

Mystère et boule de gomme.

On dit souvent que les hommes politiques sont hors sol parce-qu’ils ne connaissent pas le prix d’un ticket de métro (moi non plus). Mais les grands groupes privés ne font parfois pas mieux. Ou comment se faire enfler en bonne compagnie. Et avec le sourire.

Consternant.

Un pognon de dingue
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire