Les médias d’information couvrent les crises humanitaires de manière sélective. Les événements associés à des images claires et dramatiques, comme l’explosion du port de Beyrouth en 2020, reçoivent souvent une couverture médiatique mondiale intense. En revanche, les crises humanitaires prolongées

Les médias d’information couvrent les crises humanitaires de manière sélective. Les événements associés à des images claires et dramatiques, comme l’explosion du port de Beyrouth en 2020, reçoivent souvent une couverture médiatique mondiale intense. En revanche, les crises humanitaires prolongées qui sont plus difficiles d’accès et d’explication au public, comme le guerre civile au Yémen ça fait rage…

> Lire la suite…

Source : www.niemanlab.org

Une nouvelle recherche montre comment la couverture médiatique influence les budgets d’aide d’urgence des pays » Nieman Journalism Lab