Je vais encore vous parler de mobilités urbaines. Vous allez finir par penser que c’est obsessionnel chez moi.

Peut-être, après tout.

Mais si je vous en (re)parle c’est que je trouve que ce sujet est finalement symptomatique de toutes les petites crispations, hypocrisies, lâchetés et clivages de notre belle société. Si je vous en (re)parle c’est que je suis tombé sur un post Facebook hier relatant une mésaventure qui m’a fait hurler en moi.

Dans ce post public (capture d’écran ici pour ceux qui n’ont pas Facebook), un certain Yann Fradin explique comment il a chuté à vélo et s’est fracturé la main alors qu’il roulait sur une piste cyclable. Imprudence ? Choc avec un piéton ou un autre cycliste ? Pas du tout. La cause de sa gamelle est tout simplement un poteau blanc planté au beau milieu de la voie, qui se confond évidemment avec la ligne blanche centrale. Un poteau qui sert à délimiter on ne sait quoi, posé là probablement par les services de voirie en toute décontraction.

A l’heure où nos valeureux députés s’excitent sur la Loi d’Orientation des Mobilités et menacent cyclistes et trottinettistes de leur imposer gilet jaune (haha) et casque pour leur sécurité, il y a des abrutis qui décident de planter des poteaux meurtriers au milieu des pistes cyclables, sans jamais être emmerdés le moins du monde. Et en même temps, tu empruntes un bout de trottoir à 5 km/h avec ta trottinette sans gêner personne et BIM tu te prends 135 euros d’amende.

Yann Fradin s’en tire « seulement » avec une belle frayeur, six heures aux urgences et une main abîmée, mais il aurait pu juste se tuer ou s’estropier gravement à vie. Ce qui n’empêchera probablement pas les responsables (mais pas coupables, jamais) de ce genre d’aberration plus répandue qu’on ne le pense de dormir sur leur deux oreilles d’imbéciles heureux.

Oui je suis énervé.

Y a poteau !
Étiqueté avec :

Laisser un commentaire