Certains bugs ont parfois du bon.

Panneau panne

La panne géante de Facebook et de ses dépendances en début de semaine a paraît-il fait flipper des centaines de millions d’addicts.

Personnellement je ne m’en étais pas aperçu. Tout d’abord parce qu’elle n’a duré que 6 heures (on se détend), et deuxio pendant des heures où on était censé bosser un peu.

Bien sûr l’évènement n’a pas manqué de faire la une des gazettes et de réveiller tout ce que le monde compte de complotistes, trop heureux de lâcher leur os Covid 19 pour en ronger un autre. J’ai vu des trucs hallucinants passer dans ma timeline (Twitter, du coup), mais j’ai décidé d’en fou-rire plutôt que de m’en affliger, sinon tu te suicides direct.

Et si Facebook, Insta et WhatsApp ne revenaient pas ?

Alors bien sûr c’est toujours facile de taper sur les réseaux sociaux, mais franchement, à la question tellement essentielle “Et si Facebook, Insta et WhatsApp ne revenaient pas” j’aurais été tenté de répondre “Rien à foutre”.

Non pas que je n’utilise pas ces réseaux comme tout le monde (même si j’ai lâché Facebook hors autopromo et participation à quelques commentaires, ce qui explique d’ailleurs que je n’avais pas remarqué la panne) mais c’est le genre de truc qui fait sérieusement relativiser sur notre rapport aux médias sociaux. Bien sûr c’est utile, bien sûr, bien employé, cela peut avoir des effets positifs, rapprocher les hommes, et accessoirement permettre de faire du business – à condition de payer cher. Mais quand on voit comment ça a tourné ces derniers temps, on se dit qu’une petite cure ne nous ferait peut-être pas de mal.

En fait, on ne peut pas s’en passer (notamment pour un usage professionnel), parce que tout le monde y est, et qu’il est donc pénalisant de s’en retirer si ses concurrents ne le font pas. Mais si ces réseaux n’existaient plus (je parle bien de Facebook et autres propriétés de Zuckerberg) pour tout le monde, nous serions sur un pied d’égalité, et nous nous apercevrions probablement assez vite que nous pouvons très bien faire sans.

Reste WhatsApp, qui s’est imposé comme la messagerie familiale par excellence. Et on ne touche pas à la famille.

Continuer la lecture :  Retour à l'âge de pierre

Du coup, Zuck : 1 – Reste du monde : 0.


Le panier de la semaine

Google Workspace vient d’intégrer une nouvelle fonctionnalité dans Meet qui fera plaisir à celles et ceux qui visioconférencent à l’international sans forcément maîtriser toutes les langues en présence : les traductions instantanées avec affichage en sous-titre. Lorsque cette fonction est activée, l’application traduit automatiquement la langue parlée dans une autre langue et produit des sous-titres à la volée. Pour le moment, la fonction ne prend en charge que les réunions en anglais, qui peuvent être traduites en espagnol, français, portugais et allemand.

Toujours dans le domaine de la visio, Zoom poursuit et consolide sa croissance en se diversifiant dans le hardware. Le géant de la téléconférence vient d’investir 30 millions de dollars dans la société norvégienne Neat, spécialisée dans des équipements spécifiques visant à faciliter les interactions de groupes distants en vidéo. Il faut dire que Neat, créée il y a seulement deux ans (ils ont eu du nez… ) connaît une croissance phénoménale puisque sa valorisation s’établit à ce jour à 640 millions de dollars.

Malgré les efforts du législateur et des infrastructures pour tenter de faciliter les déplacements des personnes souffrant d’un handicap, les normes d’accessibilité restent dans de nombreux cas insuffisantes. Evelity est une application de GPS piéton permettant aux personnes aveugles, sourdes, à mobilité réduite ou avec un handicap cognitif de gagner en autonomie en les accompagnant de manière personnalisée. Evelity offre des interfaces, itinéraires et indications adaptées à chaque profil d’usager, et peut aussi être utilisé par des personnes valides.

Vu son côté assez frugal par nature, il paraît difficile d’innover dans le vélo, en tout cas dans son design. Les Angell, VanMoof et autres s’y essaient, mais l’essentiel de l’innovation dans le domaine concerne avant tout la technologie (antivol, guidage, localisation GPS, assistance intelligente… ). Beno est une entreprise malaisienne qui s’est donné pour mission de changer le monde (du vélo) en proposant un concept réellement révolutionnaire de vélo à roues sans rayon (entre autres nouveautés). On passera sur le discours convenu et plein de bullshit de la présentation en mode startup de winners, mais il est vrai que ce Reevo a de la gueule. Reste à savoir si c’est réellement utile, et ce que cela apporte comme avantages concrets. À part l’exercice de style, je ne vois pas trop.

Continuer la lecture :  Le temps de cerveau c'est de l'argent

Pour passer une tête dans les étoiles, rien de tel qu’un bon vieux télescope d’observation. Stellina, conçu par Vaonis, une entreprise française basée à Montpellier, est un télescope d’un nouveau genre qui, connecté à une app, peut envoyer ce qu’il voit en direct et en haute résolution sur un à dix smartphones simultanément. Cette station d’observation intelligente et entièrement automatisée se présente comme la combinaison parfaite d’un télescope et d’une caméra, en remplaçant l’oculaire par une application mobile. Si tu veux envoyer du rêve (et peut-être des aliens) à ton smartphone, c’est ce qu’il te faut.

Quand on veut écouter de la musique ou un podcast ou la radio sans déranger ses voisins, on peut utiliser un casque audio ou des oreillettes. Mais quid si on veut regarder un programme juste pour soi (dans le train, l’avion, ou au lit sans déranger son conjoint) ? J’ai toujours trouvé étonnant que des fabricants ne proposent pas l’équivalent des AirPods pour les yeux. Je ne parle pas de lunettes AR ou VR mais tout simplement d’appareils discrets dotés d’un écran intégré. Il y a eu des tentatives (j’en ai d’ailleurs testé) mais c’était lourd, encombrant, avec des tas de fils, bref, inutilisable. Nreal a peut-être trouvé le bon compromis avec les Nreal Air, des lunettes légères destinées à regarder des contenus vidéo. L’écran virtuel affiche 49 pixels par degré et un taux de rafraîchissement de 90 Hz, ce qui promet une expérience confortable. Compatibles iOS, ces lunettes devraient être lancées en Chine, au Japon et en Corée du Sud à la fin de l’année. Les US et l’Europe suivront. Environ 600 dollars.

À propos d’image, Canon vient de dévoiler le premier objectif fisheye double interchangeable numérique au monde qui capture des images 3D stéréoscopiques à 180º sur un seul capteur. Autrement dit un objectif compatible avec les appareils de sa gamme EOS VR qui permet de filmer en stéréoscopie, et donc de produire des images 3D. L’objectif Canon RF5.2mm F2.8 L Dual Fisheye devrait être disponible fin décembre 2021 pour un prix de détail estimé à 1 999 dollars. Quand même.

Continuer la lecture :  Ne réponds pas, surtout

Entre les apps et les capteurs, on est de nos jours à peu près capable de tout mesurer et évaluer, notamment en matière de santé. Mais savais-tu qu’il existe aussi des dispositifs pour mesurer ta digestion, ou en tout cas les causes possibles de dysfonctionnements de tes tuyaux ? L’AIRE FoodMarble et l’application qui va avec aident à trouver les aliments qui conviennent le mieux à son système digestif en mesurant les niveaux d’hydrogène dans l’haleine. Le FoodMarble AIRE utilise la même technologie d’analyse de l’haleine que les hôpitaux, mais dans un appareil de poche. Lorsque les aliments ne sont pas entièrement digérés, les bactéries de l’intestin les décomposent et cela peut libérer de l’hydrogène. Ça n’envoie pas vraiment de rêve dit comme ça, mais il paraît que c’est sérieux et utile.


La minute durable

Aptera

Le chanvre est-il l’avenir de l’électromobilité ? Cette voiture électrique qui se veut propre et durable est composée essentiellement de chanvre mélangé à de la fibre de carbone et du kevlar. L’Aptera fonctionne à l’énergie solaire à l’aide de ses 180 panneaux intégrés à la carrosserie, qui lui procurent une autonomie quotidienne d’environ 70 km. Compter entre 21 000 et 37 000 €, déjà 8000 précommandes enregistrées.


Le savais-tu ?

L’AVAS

AVAS est l’acronyme pour Acoustic Vehicle Alert Systems, ou Système d’alerte acoustique pour véhicule. Il s’agit d’un dispositif obligatoire sur les voitures électriques depuis le 1er juillet 2019, qui émet un son artificiel jusqu’à 19 km/h afin que celles-ci soient entendues par les piétons en ville. Certaines marques, surtout premium, en on fait un argument marketing, voire une option, et des armées d’acousticiens se penchent sur la question pour produire le son le plus personnalisé et harmonieux possible, évoquant souvent le doux feulement d’un puissant moteur thermique qu’on aurait passé dans un mixeur du futur. BMW s’est même adjoint les services du célèbre compositeur Hans Zimmer pour élaborer le son de ses voitures électriques.

Le coup de la panne

Laisser un commentaire