Les groupes et forums de certaines marques ont un petit parfum de sectes.

Troll

Je me suis récemment fait virer du dernier groupe Facebook Tesla auquel j’étais inscrit (j’avais déjà quitté tous les autres de mon plein gré). La raison ? Un membre publie un post sur l’accident de Tiger Woods en posant la question : « Est-ce que cela serait arrivé avec une Tesla ? » Sous-entendu : non.

Connaissant un peu le sujet, je trouve la question stupide, et je réponds donc « Cette question est stupide ». D’autres membres aussi.

Mais le pire c’est que de nombreux membres surenchérissent avec des affirmations du type « Bien sûr avec une Tesla ça ne serait jamais arrivé » ou pire « Impossible de faire un tonneau avec une Tesla »…

Je réponds donc poliment que n’importe-quelle voiture peut se retourner, y compris une F1, ce sont juste les lois de la physique. Bien sûr, une Tesla, avec toute son électronique et son intelligence, et ses batteries dans le plancher, donc un centre de gravité très bas, est particulièrement stable, sûre et collée à la route, comme toute voiture électrique de gabarit similaire, mais elle peut aussi partir en tonneaux.

Suite à ces deux remarques, je me suis donc fait dégager.

Ce n’est pas la première fois. J’avais déjà été banni pendant 48 heures parce-que j’avais juste dit que l’application YouTube embarquée dans les Tesla était nulle car trop lente et qu’on ne pouvait pas s’y connecter avec son profil.

Les gens qui gèrent ces groupes et leurs membres ont une importante responsabilité, mais ils n’en n’ont pas conscience. Laisser dire de telles énormités pose un véritable problème de sécurité. Ce sont les mêmes qui se croient totalement invincibles à bord de leur Tesla, se mettent en autopilot à 140 km/h sans regarder la route et s’écrasent comme des merdes dans le premier obstacle venu.

Le problème de ces groupes est qu’ils sont gérés par des fanatiques qui n’admettent aucune critique de la marque, et préfèrent virer ceux qui émettent un avis différent, plutôt qu’en tenir compte pour apporter des rectifications et enrichir le débat.

Bref, je me fous complètement d’être sorti de ce groupe que je ne fréquentais pratiquement plus vu le niveau des membres. Mais l’attitude des modérateurs pose un vrai problème d’éthique, voire de sécurité publique en laissant croire à leurs membres les plus stupides (et ils sont nombreux) qu’il ne peut rien leur arriver au volant de leur Tesla.

Je précise que c’était un groupe US. Je crois que ce sont les pires que j’ai fréquentés, et pourtant il y a de la concurrence, y compris en France : fanatisme, censure immédiate, bannissement, par des gens qui postent régulièrement des photos en train de manger au volant de leur Tesla en autopilot sur autoroute.

Ou qui postent des questions comme « Il fait froid, comment je dois conduire sur la neige, et comment je fais pour dégivrer mes vitres ».

Ou encore « Voici une photo de ma Model 3 épave suite à un accident que j’ai eu en essayant de rattraper mon gobelet de Coke que je buvais en conduisant. Je n’ai pas été blessé mais mon jean est tout tâché ».

Véridique.

Continuer la lecture :  Rooms are the new stories

Télégrammes

Ça te dirait d’acheter un tweet pour en devenir l’unique propriétaire ? Bon ça fait un peu d’argent mais quand on aime on ne compte pas hein.

France Digitale s’énerve un peu contre Apple et le traçage publicitaire des applications, et ça va finir au tribunal.

Quand OVH s’enrhume, c’est une grosse partie des internets français qui tousse. Tu croyais pouvoir dormir tranquille avec le Cloud ?

Je crois désormais que c’est officiel : certains députés sont des cons, d’authentiques cons.

Puisqu’on parle de streaming, Netflix a d’autres soucis, et change son fusil d’épaule sur le partage de mots de passe.

Et puisqu’on est dans les spécificités françaises, voici qui va redonner du grain à moudre aux trolls qui te prennent la tête sur “digital” vs. “numérique”, et relancer un débat moisi que l’on pensait clos depuis quelques années.

Piratage massif de caméras de surveillance, entre autres chez Tesla. J’attends le jour où ce seront les caméras même – y compris la caméra intérieure – des voitures qui seront hackées. Je peux me tromper mais je suis convaincu que ça arrivera un jour.

L’arbre à palabres de Twitter disponible pour tous en avril prochain, ça va bavarder en audio et en masse chez l’oiseau bleu.

Tous les graphistes et ceux qui retouchent des photos en rêvaient, Adobe l’a fait : il est désormais possible d’agrandir une image sans détériorer sa qualité avec Photoshop, grâce à l’IA, évidemment.

Avec l’app TousAntiCovid et les QR codes, peut-être un espoir de gérer cette pandémie un petit peu plus intelligemment, euh pardon, finement ? Surtout si Google file un coup de main.

Tu as bien mis ton masque, sinon ?

C’est dingue, le vent sur Mars fait un bruit de vent.

Les bornes de recharge pour voitures électriques squattées par des… véhicules électriques. Je n’ai pas de mots (d’autant que je suis confronté à cette situation fréquemment sur mon parking).

Les livreurs indépendants des plateformes de repas bientôt salariés ?

Pendant ce temps, des nouvelles de Bill Gates, qui s’inquiète des conséquences du minage de Bitcoin sur le climat. Si on ne peut plus devenir riche tranquillement maintenant.

On s’en fout, on va bientôt avoir des super-pouvoirs (auditifs).


A la petite semaine

Abus d’autorité

Une magnifique histoire de bureaucratie à la française, où comment la très stricte AMF (Autorité des Marchés Financiers) est en train de tuer au calme des poignées de startups spécialisées dans la gestion de cryptomonnaies. Tout cela pour avoir mis en place une norme obligatoire sans se donner les moyens de faire face aux demandes de validation des entreprises concernées. Pendant ce temps, les plateformes internationales ont fissa supprimé leur site en « .fr » pour contourner la réglementation et continuer à acquérir de nouveaux clients. Comme le déplore le responsable de l’une de ces startups, « Ils (l’AMF) n’ont aucun scrupule à tuer un business ». La Startup Nation, mais version Bercy, donc.

Continuer la lecture :  La deuxième vague d'internet

La blockchain au chevet des artistes

Qui eut cru que la blockchain et les cryptomonnaies, ces dispositifs hautement technologiques et financiers, pourraient un jour servir les intérêts des artistes et, d’une certaine façon, du droit d’auteur ? C’est pourtant ce qui est en train de se passer avec les NFT, ces jetons non échangeables fondés sur l’Ethereum, qui permettent de certifier une œuvre numérique comme unique, et/ou appartenant à un possesseur exclusif. C’est ainsi que le premier tweet du patron de Twitter Jack Dorsey, publié en mars 2006, a été acheté aux enchères pour 2,5 millions de dollars. Ne cherche pas de rationalité là-dedans, art et spéculation ont toujours fait bon ménage. Il fallait juste ajouter le chaînon manquant en version numérique, les NFTs s’en sont chargé.

Hôtel d’altitude

Tu rêves d’être (encore plus) confiné et tu es prêt à casser ta tirelire pour ça ? OK, l’hôtel de l’espace te tend les bras. Voyager Station, c’est son nom, devrait ouvrir en 2027. L’hôtel, construit par Orbital Assembly Corporation, qui se décrit comme « la première société de construction spatiale à grande échelle au monde » sera logé dans une sorte de couronne rotative de 50 000 mètres carrés, et pourra accueillir jusqu’à 440 personnes. La forme en anneau rotatif donnera à la station une gravité équivalente à un sixième de celle de la Terre. Il ne faudra juste pas oublier les clés sur Terre le jour de l’inauguration.

Small is beautiful

Le truc est à peine grand comme deux boites à chaussures, et il vient pourtant de traverser tranquillement l’Atlantique de l’Écosse jusqu’à la Floride, où il a été récupéré par des plaisanciers de passage. Le truc ? Un galion jouet doté d’un GPS qui vogue au fil de l’eau au gré des marées et du courant. Les deux jeunes frangins écossais qui ont mis l’embarcation à la mer ont créé une page pour le suivre en temps réel via son traceur. C’est trop mignon.

Le drone et le bowling

On croit avoir tout vu en matière d’images par drone. En fait pas du tout. Les pilotes virtuoses du FPV (First Person View = drones pilotés à distance avec des lunettes vidéo qui envoient en direct l’image captée par l’engin) ont encore de nombreux tours dans leurs sacs, et ne se privent pas d’en faire régulièrement la démonstration. Et c’est de plus en plus impressionnant. Témoin cette vidéo réalisée par Rally Studios, une agence de com de Minneapolis (USA) qui atteint un niveau de dextérité de pilotage jamais vu, a fortiori en milieu clos, ici dans un bowling. A tel point que la vidéo a même ému Hollywood : James Gunn, le réalisateur et scénariste des Gardiens de la Galaxie et de Suicide Squad, a demandé que la personne qui a tourné la vidéo vienne à Londres à l’automne pour travailler sur Guardians of the Galaxy vol. 3.

Continuer la lecture :  Tout le monde s'en fout

Petits bistrots et grandes idées

Effet collatéral de ces foutus confinements et autres couvre-feu, la fermeture des bars et des restaurants aurait aussi des conséquences néfastes sur la créativité. Cet excellent article explique dans le détail, avec plusieurs exemples, comment des lieux de réunion où se mêlent convivialité, proximité et spontanéité (des concepts étranges pour certains ministres) sont propices à l’émergence d’idées créatives, et comment, quand les échanges sociaux sont strictement numériques, ces possibilités deviennent limitées.

La curation, cure contre l’infobésité

Le sujet a eu son petit moment de gloire il y a une dizaine d’années, puis s’est incrusté à bas bruit dans nos usages. La curation, ou l’art de sélectionner des talents, des œuvres ou des contenus, puis de les organiser pour les présenter à une audience d’une façon qui ait du sens, disséquée dans cet article par cinq personnalités qui la pratiquent dans leur activité respective. C’est aussi ce que je fais au quotidien pour te servir cette newsletter à point tous les vendredi. Et c’est d’ailleurs l’une des marques de fabrique de la plupart des infolettres, dont une autrice, Marie, est mentionnée dans cette réflexion.

Travailler au milieu de nulle part

Loin de régler les problèmes inhérents à l’organisation du travail et de l’entreprise, le télétravail et la visioconférence seraient au contraire un amplificateur de dysfonctionnements, tendant entre autre à accroître le stress des collaborateurs qui sont sommés de trouver dans l’urgence des solutions pour compenser l’impossibilité d’accéder à leur lieu de travail. Un point de vue lucide sur la question de la digital workplace, et des pistes pour des solutions.


La bonne adresse

Tu veux devenir un.e ninja du communiqué de presse ? Rien de tel qu’un outil de ce genre pour au moins tester les bonnes bases des emails promotionnels qui vantent un produit ou un service dans l’espoir d’attirer l’attention d’une rédaction en vue d’un article. Cision, grand spécialiste du genre, a mis au point un outil pratique qui permet d’améliorer ses CP en les passant sur le grill à partir de plusieurs critères, comme le titre, la densité des mots-clés ou encore la présence ou pas d’une illustration.


C’EST DÉJÀ FINI ? C’EST DÉJÀ FINI. À la semaine prochaine !

Le crash-test des fanboys
Étiqueté avec :        

2 avis sur « Le crash-test des fanboys »

  • 16 mars 2021 à 9 h 58 min
    Permalien

    merci Eric, j’adore ton Citronium

  • 16 mars 2021 à 13 h 01 min
    Permalien

    Merci !

Laisser un commentaire