L’audio, parent pauvre de l’innovation dans les smartphones.

Un jeune garçon crie dans un micro

Ce n’est un secret pour personne, les smartphones de générations récentes sont devenus de véritables appareils photo, avec des capacités et une qualité d’image n’ayant plus grand chose à envier aux meilleurs boîtiers du marché, qu’ils soient compacts, hybrides, et même, dans une certaine mesure, reflex.

C’est d’ailleurs sur cette fonctionnalité que les services Recherche et Développement des grands constructeurs investissent le plus, et c’est aussi sur celle-ci qu’ils communiquent le plus, la photo étant depuis quelques années le premier argument marketing. C’est d’ailleurs autant une pure question de technique photographique que d’exposition et d’interactions sociales.

Parallèlement, il est une fonctionnalité qui semble pourtant laissée à l’abandon, c’est celle du son.

Et plus précisément, la captation du son. De ce point de vue, les smartphones n’ont pas vraiment évolué, et ils sont toujours dotés de micros qui certes font le job (clarté et puissance du son) mais qui restent largement en-deçà de ce que propose l’image.

Regarde ton application native d’enregistrement ou de prise de notes vocales, et compare : sauf si tu passes par une app tiers, aucun réglage, impossible d’ajouter des effets, d’égaliser, de normaliser, de compresser, de travailler le panoramique (stéréo), ou de faire un fondu d’entrée ou de sortie, pourtant la base en audio. A côté, la fonction appareil photo et vidéo du smartphone propose des dizaines de réglages, pendant la capture, et bien sûr après.

Si les constructeurs voulaient proposer l’équivalent en son de ce qu’ils proposent en image, il ne serait peut-être plus nécessaire d’utiliser des micros externes dès que l’on veut un rendu un peu “pro” sur nos vidéos, streams ou podcasts, que ce soit pour la voix ou pour enregistrer un instrument de musique, par exemple.

Une situation étonnante à une époque où tout le monde est d’accord pour dire que l’audio est le nouveau canal incontournable de la communication digitale.

Alors, le son, la qualité du micro, prochains territoires à investir pour les iPhone, Pixel et autres Galaxy ?

C’est bien comme ça qu’on l’entendrait en tout cas.


Le panier de la semaine

Puisque tu ouvres peut-être ce numéro en fin de journée et donc avant de dîner, que dirais-tu d’une petite tranche de saumon… de synthèse ? Ce saumon de laboratoire, produit par Wildtype, une start-up de la foodtech basée à San Francisco (where else ?), aurait la texture et le goût du vrai. A la différence près qu’il est fabriqué à partir de cellules, et qu’aucun poisson n’a été tué pour le produire. Les responsables de l’entreprise pensent que l’avenir du poisson passe par la culture, et non la pêche. Pour obtenir le produit final, qui ressemble en texture et en goût à du saumon de qualité sushi, un petit échantillon de cellules est prélevé sur le poisson. Une fois les cellules initiales obtenues, elles peuvent être utilisées à l’infini. Reste à savoir si ce processus permet de remplacer tous les usages du saumon (tartare, barbecue, fumé en tranches…) ou s’il est limité à des petits morceaux de sushi pour californiens vegan, chez qui les notions de goût et de plaisir alimentaire ne sont qu’un lointain concept du passé.

Continuer la lecture :  Des robots et des chevaux

Ça fait tout drôle d’imaginer que nous pourrions stocker les données de toute une vie de centaines de personnes sur un simple CD. C’est pourtant ce qui pourrait se produire avec ce CD d’un nouveau genre développé par des chercheurs britanniques. Utilisant une nouvelle méthode de stockage optique nommée 5D, ce support du futur permet d’atteindre une densité de stockage plus de 10 000 fois supérieure à celle de disque Blu-ray conventionnels. Seul petit souci, il faut presque… une vie pour le graver, soit 69 ans, mais les chercheurs à l’origine du projet indiquent qu’ils parviendront à faire tomber ce délai à 60 jours.

Et si le futur de l’automobile était au… thermique ? A l’heure où tous les constructeurs développent frénétiquement leurs gammes 100% électriques, et que les consommateurs commencent à adhérer en masse, certains font entendre une autre petite musique, celle des bio-carburants de synthèse ne rejetant aucun CO2 et fabriqués à partir de produits recyclés. A l’instar des saumons de laboratoire vus précédemment, le carburant de synthèse ne provient plus de l’extraction de ressources naturelles, mais d’une fabrication en laboratoire. Les instances de la F1 se penchent sérieusement sur la question, en vue de créer une compétition sans pétrole et neutre en carbone d’ici 2026, mais toujours avec des moteurs thermiques hyper performants et efficients.

Même son de cloche chez Porsche, pourtant déjà très engagé (et avec un certain succès) sur la voie de l’électrification, qui travaille sur son eFuel, un carburant de synthèse, pour continuer à proposer quelques rares modèles thermiques ou hybrides, au sein d’une gamme qui sera pratiquement totalement électrique d’ici quelques années.

Tu aimes faire du sous l’eau, mais tu en as marre des palmes et du tuba et tu as 1 million à claquer ? Ce sous-marin personnel est fait pour toi. Avec son cockpit-bulle pouvant accueillir deux personnes et lui donnant des faux airs de Lamborghini des profondeurs, le Nemo, développé par une entreprise néerlandaise, est capable de descendre jusqu’à 100 mètres de fond, avec une autonomie de 8 heures, à 5,5 km/h (3 nœuds). L’expérience doit être absolument fantastique, mais le budget correspond quand même à 3 ou 4 Lambo. Les palmes et le tuba c’est pas mal finalement.

Tu utilises Siri ou Alexa sur ton smartphone ? Ces assistants vocaux te rendent de fiers services, mais ils ont un petit défaut : ils sont un peu intrusifs. En tout cas on les soupçonne de nous écouter en permanence (ce qui n’a jamais vraiment été démontré). Une entreprise s’est penchée sur cette délicate question et a imaginé un appareil “anti-écoute”. Se présentant sous la forme d’un berceau-socle pour smartphone ou d’un bouclier pour les enceintes connectées, le Pozio bloque la fonction d’écoute audio de ces terminaux (coupe le micro en quelque sorte). Et si on souhaite utiliser son assistant vocal, il suffit de demander aux Cradle ou au Shield de cesser le blocage pour accéder aux fonctions de l’assistant vocal. Ce qui fait quand même deux commandes vocales au lieu d’une.

Continuer la lecture :  Cette webcam pèse 2 tonnes

On connaissait le vélo pliant, pratique pour un rangement au bureau ou dans un placard à domicile. Voici l’ultime étape : le vélo pliant à roues pliables ! Oui, tu as bien lu, ce Tuck Bike, en cours de financement sur Kickstarter, est le premier vélo pliable dont les roues sont divisées en trois parties égales, ce qui rend le vélo plié encore plus petit que la plupart des autres vélos, tout en offrant des roues de taille normale pour une conduite confortable, quel que soit le terrain. La plupart des vélos pliables utilisent des roues plus petites (généralement 20 pouces) pour réduire l’encombrement lorsqu’ils sont pliés, mais les ingénieurs de Tuck Bike ont adopté une approche différente en proposant un vélo de taille normale avec des roues de 28 pouces, agréable à conduire et qui, une fois plié, ne tient pas plus de place qu’un Brompton, par exemple. Une petite prouesse d’ingénierie, dont on se demande juste quelle sera la tenue dans le temps.

Imagine que les plus grands pianistes interprètent leurs meilleures pièces oeuvres chez toi, rien que pour toi, au calme dans ton salon. C’est l’expérience que propose le vénérable fabriquant Steinway & Sons, qui a pris en 2015 le train de la modernité numérique pour proposer Spirio, une plateforme digitale constituée d’une application pour iPad et d’une gamme de pianos “mécaniques” connectés capables de jouer tout seuls. A l’aide de Spirio et de son studio haute résolution intégré, l’enregistrement s’effectue grâce à des capteurs optiques qui suivent tous les mouvements des marteaux. Le signal enregistré est envoyé à des électro-aimants qui activent les touches. Le système est capable d’enregistrer et de reproduire le toucher du pianiste en haute définition avec plus de 1.000 niveaux de nuances. Différents interprètes sont enregistrés pendant une performance live, ou spécialement en studio, et leurs morceaux sont rejoués à la demande grâce à l’application connectée sur un piano compatible de la gamme Spirio. C’est alors absolument comme si le musicien était chez toi et qu’il jouait sur ton piano, puisque son interprétation est reproduite à l’identique, avec toutes ses nuances et son style. Intégré lors de la conception du piano, le dispositif n’altèrerait en rien le son et le toucher de l’instrument sur lequel on peut jouer normalement. Spirio propose déjà un catalogue de plusieurs milliers de titres dans tous les styles musicaux. Ça fait rêver, mais il faudra quand même juste acheter un Steinway Spirio, une broutille à partir de 125 000 euros.

Beaucoup plus abordable, le maquillage assisté par la réalité augmentée. L’Oréal s’est associé à Amazon pour proposer aux acheteurs en ligne la fonction ModiFace, une application d’essai de maquillage en réalité augmentée. L’application utilise un suivi facial avancé, la reconnaissance de l’éclairage et la simulation en réalité augmentée pour un résultat très proche de la réalité d’un vrai maquillage. On peut utiliser une image statique de soi-même ou essayer le maquillage en temps réel grâce à la vidéo. La fonction ModiFace de L’Oréal est actuellement disponible pour L’Oréal, Sephora, Covergirl et de nombreux autres grands détaillants du maquillage sur Amazon, seulement aux États-Unis et au Japon pour le moment.

Continuer la lecture :  Rooms are the new stories

Un dispositif que j’aurais pu lister dans le dernier Hors Série Citronium : la caméra de conférence NexiGo Meeting 360 est une solution tout-en-un pour les appels vidéo. L’appareil est doté d’une technologie d’intelligence artificielle qui surveille la scène quand elle comprend plusieurs participants, et ajuste automatiquement sa position en fonction de la personne qui parle. La caméra est capable d’offrir une fonctionnalité à 360 degrés qui capturera des séquences en 8K pour maximiser la résolution pour ceux qui sont sur l’autre ligne. Elle est également équipée de huit microphones anti-bruit ainsi que de haut-parleurs 10W. L’objectif à champ de vision de 195 degrés permet également de garder plusieurs personnes dans l’image.


La minute durable

Ecocapsule

Développée par une société slovaque, cette petite habitation mobile en forme d’œuf est une micro-unité intelligente et autosuffisante qui utilise l’énergie solaire et éolienne. L’Ecocapsule permet de séjourner en tout confort et en toute autonomie dans des lieux non desservis par le réseau électrique. Elle peut devenir un chalet, un hôtel pop-up, un bureau mobile, une station de recherche ou tout autre usage nécessitant un lieu de vie. L’énergie est fournie par des panneaux solaires et une éolienne intégrée (et silencieuse selon son créateur), et l’eau provient d’un système de collecte et de filtrage des eaux de pluie. Compter quand même 79 999 euros, ce qui fait un peu cher pour une caravane ou une dépendance.


Le savais-tu ?

Les fonds floutés dans les logiciels de visio

Le flou d’arrière-plan est une technique couramment utilisée par les photographes comme moyen de garder l’attention sur le sujet le plus important. L’idée est de se concentrer sur l’élément au premier plan, en supprimant les lignes dures et les détails gênants de l’arrière-plan, afin de faire ressortir l’élément.

Le même effet est disponible depuis quelques années dans les logiciels et plateformes de visioconférence. L’objectif est double : donner un rendu plus “pro” et esthétique, et masquer le décor, notamment dans un contexte de visio à domicile. Tout le monde n’a en effet pas envie de montrer son intérieur à tous ses collègues.

Sur les appareils photo (généralement les reflex ou hybrides), cette fonctionnalité est naturelle et inhérente à l’objectif et à son ouverture. Sur les logiciels de visio, ce rendu est artificiel (et beaucoup moins subtil), et il est géré par un algorithme basé sur l’IA. L’algorithme est entraîné à reconnaitre un visage et un buste humain à partir de milliers de vidéos, et à distinguer le premier plan de l’arrière plan. A partir de là il détoure à la volée le sujet et floute le fond. Dans la même fonctionnalité, il peut intégralement supprimer le fond et proposer un choix de fonds (photos) pour le remplacer, ou utiliser vos propres photos.

Le rendu est encore perfectible (ça bave un peu sur certains contours, notamment la chevelure) mais ça progresse très vite, et certains logiciels permettent même de régler l’intensité du flou.

Le mur du son
Étiqueté avec :        

Laisser un commentaire